Noir(e), pas Black. Pourquoi ?

mai 08, 2020

Noir(e), pas Black. Pourquoi ?

La langue de Molière semble en effrayer plus d’un, et cela est d’autant plus accentué lorsqu’il s’agit de désigner une personne issue d’origines étrangères, notamment celle rassemblant les personnes ayant la peau noire, donc les Noirs.

Le terme « noir » fait partie des termes que la France a du mal à assumer, et pour cela elle utilise l’anglicisme de ce dernier soit : Black.

Pourquoi est-ce une mauvaise idée ?


Détournement de la langue française

Il est inutile de se le cacher, la France est un pays dans lequel le racisme est encore très présent. C’est un aspect que nous pouvons également ressentir dans des choses simples de la vie, comme la langue française.

En effet, beaucoup de personnes aujourd’hui partent du principe que les mots peuvent démontrer une preuve de racisme, ce qui est vrai lorsque l’attaque est frontale et même subtile. Mais en réalité, certains blocages se font sans raison, comme substituer le terme « noir » à des expressions comme « personne de couleur » ou « renoi ».

Autant de termes qui poussent les personnes à éviter de prononcer le mot « noir », comme si cela était insultant ou considéré comme un manquement aux règles de politesse. En plus de cela, utiliser un terme anglophone passe beaucoup mieux, ce qui permet de contourner un problème de taille : accepter une identité autre que la sienne.


La peur d’une identité

Dans un premier temps, en employant le terme « black » il n’y a aucun honneur fait à la langue française, ce qui peut sembler contradictoire dans un pays où cette culture est très revendiquée.

Mais le problème soulevé ici reste qu’en désignant une personne noire de cette façon, nous ne souhaitons pas admettre l’identité ethnique de cette dernière. C’est plus ou moins comme si cela était dérangeant d’avoir une personne à la peau foncée en face de nous, un malaise se crée, et pour ne pas intensifier ce malaise, il faut le contourner.

D’autre part, il existe une peur à l’idée d’employer le terme « noir » dans la volonté de ne mentionner aucune question raciale. C’est quelque part une forme de déni, avec l’Histoire et ses périodes sombres, désigner une personne à la peau foncée comme « noire » restait péjoratif à connotations très négatives.

En dépit des conséquences provoquées par l’Histoire de la communauté noire, l’impression d’inférioriser les noirs en utilisant le terme « noir » restera toujours présent, même dans notre inconscient. D’ailleurs, nous en parlons dans la partie suivante.

 

Les questions raciales, à éviter !

Aussi, employer le terme « noir » c’est également prendre conscience que la personne concernée est différente de nous face à la pseudo-norme blanche.

Il y a une crainte évidente, celle de se positionner du côté de la partie ayant « le plein pouvoir » et endosser le rôle de celui qui discrimine. Bien que cela soit fait de façon inconsciente, même si une personne se considère comme non-raciste, utiliser le terme « black » démontre une question raciale à laquelle nous ne souhaitons pas nous confronter directement. En utilisant ce terme, cela reste un moyen d’éviter le communautarisme et marginaliser les ethnies.

Dans un second temps, il est évident que lorsque l’on voit une personne noire, il se peut que le passé colonialiste et discriminatoire refasse surface, tout cela à partir d’une couleur de peau. En fait, dire à une personne noire qu’elle est noire, c’est remuer ce passé douloureux en assimilant ce mot à celui de « nègre » qui lui est, pour le cas très péjoratif et même insultant. Ainsi, adopter le mot « black » c’est une façon d’arrondir les angles et de désigner de façon « présentable » une personne noire.


Lorsque les Noirs se considèrent « Black »

Pour terminer, nous allons également vous soumettre un autre problème, qui existe au sein même de la communauté noire. Bien que les personnes non-racisées soient plus enclines à employer le terme « black », il s’avère que certaines personnes noires adoptent également cette appellation.


C’est une réalité, des personnes noires emploient le terme « black » pour mettre en avant la couleur de leur peau, et cela est inquiétant. En faisant cela, il est évident de constater un réel problème identitaire, du moins, face à l’appartenance ethnique. Encore beaucoup trop de personnes noires ne se sentent pas alignées avec leurs origines, leur passé ainsi que leur différence. Ainsi, se considérer comme « black » permet de se détacher, prendre du recul sur ce que nous sommes et soit-dit en passant, s’octroyer un style afin de combler les blessures intérieures.

Enfin, il faut l’admettre, beaucoup de personnes noires ont peur d’être noires ! De ce fait une forme de xénophobie envers soi se met en place. Bien que la revendication noire soit de plus en plus importante de nos jours, il existera encore certaines fragilités.

Pour conclure, employer un simple terme comme celui de « black » peut soulever des questions importantes, et surtout révélatrices d’un malaise général. Entre la peur d’injurier une personne noire en la désignant comme noire, et la frustration personnelle d’appartenir à une ethnie noire, ce sujet reste encore au cœur des débats de société.

Article rédigé par Melyssa B.

Noir pas black
Disponible aussi en Pull et en Hoodie
Disponible au masculin et au féminin

1 Réponse

Maëlia
Maëlia

mai 11, 2020

Je trouve cet article très pertinent d’ailleurs je parlais de cela dernièrement avec des amis de plus j’aime beaucoup votre site donc force. Ensemble pour faire avancer la communauté

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.